Accueil du site - La FNO - Le Conseil d’Administration - Le Conseil d’Administration de la Fédération Nationale Ovine élit un nouveau bureau

Recherche

Michèle Boudoin, éleveuse dans le 63, a été reconduite dans ses fonctions de Présidente de la FNO pour les 3 prochaines années. Elle pourra s’appuyer sur une équipe reconduite quasiment à l’identique avec l’entrée toutefois de 2 nouveaux éleveurs : Hervé Wendling du Grand Est et Etienne Fouché d’Occitanie.

Composition du nouveau Bureau de la FNO

PrésidenteMichèle BOUDOINRégion AURA
Vices PrésidentsJoël ACHERFFPLB
Maurice HUETRégion Bourgogne Franche Comté
François MONGECoop de France
Secrétaire généralPatrick SOURYRégion Nouvelle Aquitaine
Secrétaires généraux adjointsClaude FONT Région AURA
Jean Roch LEMOINERégions Grand Est
Brigitte SINGLA Région Occitanie
TrésorierJérôme REDOULESRégion Occitanie
Autres membresLuc BOURGEOISRégion PACA
Jean François CAZOTTESRégion Occitanie
Etienne FOUCHERégion Occitanie
Bertrand GERBETJA
Jean Paul RAULTRégion Pays de la Loire
Claude SOUCHAUDRégion Nouvelle Aquitaine
Hervé WENDLINGRégion Grand Est

Anciennement renouvelable tous les ans, ce Bureau élu pour 3 années, conformément aux nouveaux statuts, bénéficiera d’une plus grande stabilité pour agir à plus long terme, notamment sur des sujets tels que le prix et la PAC. Alors que l’entrée en fonction du nouveau gouvernement suscite des interrogations sur le devenir des actions engagées notamment sur le dossier épineux du loup, Michèle Boudoin se veut optimiste mais ferme. « Nous attendons du nouveau Ministre de l’Agriculture de défendre ardemment notre production dans les négociations à venir sur le Brexit et avec l’Océanie. De même, nous sommes actuellement dans une période de renégociation de la stratégie de gestion du loup qui s’appuie sur une réflexion collective engagée depuis des mois. Avec près de 30 départements concernés par la présence de ce prédateur, le nouveau Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire devra très rapidement se positionner sur ce dossier et nous l’espérons en faveur des éleveurs et de la vie de nos territoires. Il en va de la survie de notre production. »

Répondre à cet article